Ateliers d'Art de France

Masami, lauréate 2019 Concours Ateliers d’Art De France Ile de la Région Réunion Catégorie : Création

Masami - créatrice de Land Art | Lauréate Concours Ateliers d’Art De France Région Ile de la Réunion | Catégorie : Création

Son parcours

Masami, originaire du Japon, installée sur l’île de la Réunion depuis 2012, elle inscrit les forces naturelles de la mer, des champs ou des forêts dans des oeuvres de land art de grande échelle, qu’elle photographie. « Mes installations se situent à la lisière de l’art contemporain et des arts traditionnels ». Formée dès son adolescence aux techniques ancestrales du tissage et de la teinture, elle met la fibre au coeur de son travail. Ses matériaux de prédilection sont le vétiver, la fibre de canne à sucre, le chanvre mais surtout le choka vert de la Réunion, une plante envahissante aux longues feuilles d’un vert vif. De la famille du sisal, le choka est utilisé notamment en corderie. Dans la mesure du possible, sur les conseils d’une association réunionnaise spécialisée, Masami récolte les fruits de choka en suivant les mouvements de la lune. Plus d’un millier de fruits, et douze mois de travail, ont été nécessaires à la réalisation de sa pièce lauréate.

Sa pièce lauréate

Avec ses seize mètres de long et ses sept mètres de haut, cette pièce intitulée Non Titre représente pourtant des dimensions bien modestes dans l’oeuvre de Masami. Conçue à l’origine pour investir un paysage de montagne, elle a peu à peu évolué dans sa forme et son format, au gré de sa mise en volume. La fibre de choka vert, patiemment décortiquée au sabre puis lavée, a été tricotée avec les doigts. Les mailles aléatoires accentuent les effets mousseux de la pièce. Suspendue au travers d’un câble en métal à la façon d’un linge qui sèche, elle restitue la vitalité qui sourd de la nature réunionnaise.

« À défaut de faire entrer un paysage de la Réunion dans un intérieur, j’y fais pénétrer, par le biais d’une oeuvre d’art, le dynamisme invisible de la nature ». Contrairement aux oeuvres de land art, celle-ci impose sa proximité aux spectateurs. Son épaisseur toute laineuse donne envie de toucher ou de s’enfoncer dans la matière.